Der König in Thule (Le roi de Thulé) – Poème de Johann Wolfgang von Goethe

DER KÖNIG IN THULE

 

Es war ein König in Thule,
Gar treu bis an das Grab,
Dem sterbend seine Buhle
Einen goldnen Becher gab.

Es ging ihm nichts darüber,
Er leert’ ihn jeden Schmaus;
Die Augen gingen ihm über,
So oft er trank daraus.

Und als er kam zu sterben,
Zählt’ er seine Städt’ im Reich,
Gönnt’ alles seinen Erben,
Den Becher nicht zugleich. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Bains de mer – Poème de Pierre Caminade

BAINS DE MER

I

Juste au-dessus de l’eau, les sourcils, les pommettes, la bouche.
Toute lumière, l’eau recouvre le corps de nappes légères et les découvre. A l’air, la chair mouillée scintille, notes aiguës d’une flûte, ultimes tremblements des sons d’une cymbale.
Baignée, elle s’enlumine d’une huile topaze brûlée. Un vin muscat miroite dans le soleil. Le flux et le reflux, aussi mobiles que les éclats et les ombres que danse sur le sol un platane agité par le vent, dessinent sur la chair des feuilles qui se dorent et brunissent.

II

Elle va, nageant une brasse volontaire, scandée.
Elle se modèle sur une vision à vol d’oiseau qu’ils avaient eue ensemble au château d’If : un corps de femme et ses membres bronzés se ramassent sur eux-mêmes et se détendent sur un rythme égal, d’une manière mécanique et souple, dans une mer verte. La profondeur sensible pourtant se réduit au plan. La nageuse glisse lentement, image double du mouvement et de l’immobilité si parfaite, écrite au pochoir. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Ar mor (La mer) – Poème de Jean-Pierre Calloc’h (Bleimor)

Retour aux sources, avec un poème en breton sur la mer, du poète groisillon Jean-Pierre Calloc’h (1888-1917), suivi de sa traduction :

AR MOR
(Kan eun emzivad)

(Yes Kerne*).

Me da gar, o môr don,
A iud evel eul lon
Pa c’houez ar gorventen !
Pa welan da c’hoummou
0 tired a dammou
Warzu d’am énézen !

Me gar da c’huannaden
0 tont war an aezen
Beteg va wele-kloz,
Hag ar soniou seder
A gannez er pellder,
En sioulder kun an noz. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Crique

CRIQUE

 

Le soupir des vagues
emporte nos tracas futiles
et le vacarme du monde.

Mon regard s’enfonce
dans l’atmosphère.
Ivresse au roulis de la bulle.

Une sterne découpe
lentement la toile
selon les pointillés du vent.

Je sens battre le bonheur
sous ton maillot ensoleillé
qui brûle mes spirales digitales.

On est si complices
dans l’amour
qu’on s’en amuse en silence.

Profitons de la douce éclipse
pour nourrir nos éternités
de plaisir partagé.

 

Guillaume Riou, été 2009.

 

crique des EmbiezCrique sur l’île des Embiez, près de la pointe du Cougoussa

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Figure de proue

FIGURE DE PROUE

 

Tu navigues, jeune fille, à l’astrolabe du désespoir, les cales chargées de stupre et de haine.

Tes gonades-boussoles te mènent de porc en porc. Les narines poudrées de sel, tu triches avec la vie et défies les marées nocturnes… .

Ton pavillon danse, on le voit de loin. Gamine rebelle, flibustière en quête de perdition. Tu te détestes, mais fends les océans de douleur avec brio, toutes voiles dehors, au sein d’une chiourme de complices.

Le vent du nord siffle dans tes gréements, mais tu l’ignores. Tout juste parvient-il à te glacer le cœur au reflet d’un regard.

T’es « Tendance », belle-gosse, l’allure fière passé minuit. La coque bombée pour faire mousser l’écume. Le ventre ouvert aux déferlantes, tu fais ramer les hommes et pleurer leurs femmes.

Retourne-toi au plus profond et vois : tu es ta propre bourrelle !

Où traînes-tu ta cargaison de fiel ?

A force d’ignorer les phares, tu te briseras sur les récifs. Alors les embruns auront le goût du sang et les cormorans en croix porteront la terrible nouvelle.

Peu te pleureront, debout sur la falaise pour deviner ton visage aux mouvements du ressac. Et tu ne laisseras qu’un vague souvenir dans l’esprit des pilleurs qui firent de toi une épave.

 

Guillaume Riou

 

Figure de Proue - poème

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La bibliothèque du Nautilus dans la bande-dessinée « Nemo »

Je viens de lire l’intégrale de la BD « Nemo » de Brüno, aux éditions Milan (2005). C’est une adaptation plutôt réussie du roman « 20 000 lieues sous les mers » de Jules Verne.

Nemo
On y retrouve les personnages clefs : le professeur Aronnax, Conseil, Ned Land et bien-sûr le capitaine Nemo. Ce dernier, ainsi que ses hommes d’équipage, poursuivent le rêve d’un monde idéal loin de la folie des hommes de la surface.
Brüno souligne par ses traits de crayons la psychologie obtuse et froide d’un Nemo en quête d’eugénisme : un dictateur des mers…

Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Le rôdeur de grèves – Poème de Fleury Vindry

LE RÔDEUR DE GRÈVES

A l’intelligent poète Philippe FABIA.

De sa valse lente effleurant la dune
L’haleine du soir chante sous la lune…

Le flot vaste brame
Sur un rauque ton :
La crête des lames
S’ourle de coton.

De sel et de sable
L’aile du noroît
S’imprègne et m’accable
De ce grésil froid. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Je, tu, nous – Poème de Daniel Lévy

Je, tu, nous

J’aurais pu gagner

♦ le sweepstake ou le gros lot à la loterie nationale –

Tu aurais pu gagner

♦ la villa-témoin du dernier grand concours pour la protection de la nature, organisé par la Société POGNON & Cie ou un téléviseur multiforme avec écran de rechange incorporé –

Il ou Elle aurait pu gagner

♦ le billet aller-retour du prochain week-end sur la lune ou un autocollant géant représentant le Concorde atterrissant à New York – Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr