Coquillages et caleçon de bain – Farces poétiques de Pierre Desproges

Fervent amateur de littérature, Pierre Desproges (1939-1988) maniait le verbe avec talent, au service du comique et du cinglant.
Il savait aussi s’en moquer.

coquillages caleçon de bain(Source de l’image)

J’ai retrouvé sur le site de l’Ina deux intermèdes d’une émission d’Antenne 2 diffusée en 1979 : « Sacha Distel à Monte-Carlo » . On y découvre, au large des côtes, un bateau de plaisance sur lequel Desproges porte en dérision la poésie et les poètes.
Sous ses airs de touriste nonchalant, il drape dans ses rimes maladroites et ses poncifs une satire du poète vertueux qui se prend au sérieux.

La poésie a trouvé là un moqueur à sa mesure.

LES COQUILLAGES

 

Ah, j’aime bien pêcher les moules et les rascasses !
On en trouve parfois en cherchant dans la mer.
Alors qu’en montagne, il y en a pas des masses.
Voit-on sur le Mont-Blanc des moules marinières ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Égrégore

Dans le cadre de la semaine de la francophonie, du 13 au 20 mars 2011, mes amis et moi avons eu l’honneur d’être invités par l’association OSCAR et la ville de Rumilly (74) afin de lire nos poèmes en public.

Fil à mots 2011 - Rumilly

Pour l’occasion, je me suis prêté au jeu « Dis-moi dix mots qui nous relient » proposé par le ministère de la Culture et de la Communication pour mettre en valeur la langue française. J’ai ainsi écrit quelques poèmes intégrant les 10 mots proposés.

dis-moi dix mots 2011

Parmi ces derniers, voici un poème inspiré par les révolutions arabes.

ÉGRÉGORE

 

Avec révolte, révolte, révolte,
enfle la colère ténébreuse
aux assauts de l’intolérable.

Avec révolte, révolte, révolte,
saignent les lèvres
cousues de fil répressif.

Avec révolte, révolte, révolte,
se lève l’égrégore
aux agapes des meneurs.

Avec révolte, révolte, révolte,
réseautent les peuples
sur la toile universelle.

Avec révolte, révolte, révolte,
vibrent harmonieusement
les gutturales percussions du chœur.

Avec révolte, révolte, révolte,
pousse la forêt de mains agitées
sur l’humus fertile de l’indignation.

Avec révolte, révolte, révolte,
défile en cordée
la foule inflexible.

Avec révolte, révolte, révolte,
s’allient les soldats
au pas vengeur de leurs frères.

Avec révolte, révolte, révolte,
s’affichent, complices,
les visages burinés de détermination.

Avec révolte, révolte, révolte,
frappent les poings de pierre
dans la poussière des rues.

Avec révolte, révolte, révolte,
avance l’intransigeant
rouleau émancipateur.

Avec révolte, révolte, révolte,
tombent les tyrans
et leurs palaces chryséléphantins.

Avec révolte, révolte, révolte,
pleure d’espoir, enfin, la population
accueillant justice et liberté.

 

Guillaume Riou. Poème lu à Rumilly le 23 mars 2011, pendant la semaine de la francophonie.

 

égrégore lybien - révolution

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print