Chronos

CHRONOS

 

Assis sur une souche
tatouée de vécu,
je trempe mes pieds
dans l’ombre monumentale
que le massif déploie.

En une fraction de déclin,
son domaine s’étend
jusqu’au profond de mes pupilles.

Elle me saisit la chair,
s’incruste à l’ossature
de mes tourments.

Noyé dans le terne
silencieux et rafraîchissant,
je prends conscience
que ma vie n’est qu’un cycle
dans les cycles du temps.

 

Guillaume Riou. Poème écrit en 2012

 

Chronos

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Jardin d’enfants – Poème de Georges Haldas

Georges Haldas est un des poètes que je lis et relis régulièrement car ses poèmes font évoluer mon regard sur la vie, sur le temps et sur l’autre.
Il fige et sublime l’instant, avec une poésie fine et une philosophie profonde.

JARDIN D’ENFANTS

 

Ici l’enfant regarde
un oiseau bien tranquille
dévorer dans les branches
un ver qui tremble encore
Un papillon s’en va
couvert d’or C’est dimanche
Sur un banc deux vieillards
bouche ouverte somnolent Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Chant IV de « L’identité obscure » – Poème de Jacques Ancet

Mon recueil favori de Jacques Ancet est « L’identité obscure », paru en 2009 aux éditions Lettres vives.
Chacun des chants qui le composent est comme un long souffle révélateur. On y redécouvre le monde au prisme du regard de l’auteur : des éclats, des ralentis, des angles. Ses mots s’enchaînent et imposent un rythme qui fait écho au flux incessant et insaisissable du temps. Chaque chant recèle sa part de vibrations et de brûlures.

Un recueil à lire et à relire, en se laissant guider par le fil d’Ariane du poète.

 

CHANT IV

Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Existence

EXISTENCE

 

Perce les esprits de ta sarisse
Qu’ils saignent de t’envisager,
Souffle dans ton fifre empoisonné
Cette aubade de supplices.

Tu cloues nos destins
Au pilori de l’absolu.
De la conscience… sangsue :
Nous sommes tes pantins !

Pourquoi ?
Ô reine des fatigues,
Ainsi tu intrigues ?
Pourquoi ?

Harcèle-nous de tes doutes ;
Fais-nous aimer la vie,
Comme l’éphémère rubis
D’une étoile sur la voûte.

 

Guillaume Riou

 

ExistenceAll is vanity – Vanité de Charles Allan Gilbert

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr