Mélanome attitude – Poème satirique

MÉLANOME ATTITUDE

 

Ces imbéciles modernes
consacrent
chaque minute de leurs vacances
à poursuivre le soleil
comme un bâton lancé
au chien.

De l’aube au crépuscule
la moindre lueur céleste
mobilise leur concentration.

Étalés de toute leur platitude,
ils retournent leurs escalopes ridées
dans la panure des plages.

Leur peau de beurre fondu
scintille et s’affaisse lentement
dans une flaque de mirages.

De retour au bureau,
le cuir orange cramé,
ils montreront leurs marques de string
à défaut d’avoir quelque-chose à raconter.

Et, avec les années,
cuits comme des travers de porcs,
ils remplaceront leurs séances d’UV
par de douloureuses séances de rayons.

 

Guillaume Riou

 

Mélanome attitude - bronzage

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Figure de proue

FIGURE DE PROUE

 

Tu navigues, jeune fille, à l’astrolabe du désespoir, les cales chargées de stupre et de haine.

Tes gonades-boussoles te mènent de porc en porc. Les narines poudrées de sel, tu triches avec la vie et défies les marées nocturnes… .

Ton pavillon danse, on le voit de loin. Gamine rebelle, flibustière en quête de perdition. Tu te détestes, mais fends les océans de douleur avec brio, toutes voiles dehors, au sein d’une chiourme de complices.

Le vent du nord siffle dans tes gréements, mais tu l’ignores. Tout juste parvient-il à te glacer le cœur au reflet d’un regard.

T’es « Tendance », belle-gosse, l’allure fière passé minuit. La coque bombée pour faire mousser l’écume. Le ventre ouvert aux déferlantes, tu fais ramer les hommes et pleurer leurs femmes.

Retourne-toi au plus profond et vois : tu es ta propre bourrelle !

Où traînes-tu ta cargaison de fiel ?

A force d’ignorer les phares, tu te briseras sur les récifs. Alors les embruns auront le goût du sang et les cormorans en croix porteront la terrible nouvelle.

Peu te pleureront, debout sur la falaise pour deviner ton visage aux mouvements du ressac. Et tu ne laisseras qu’un vague souvenir dans l’esprit des pilleurs qui firent de toi une épave.

 

Guillaume Riou

 

Figure de Proue - poème

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print