Entrepôts désaffectés

Entrepôts désaffectés

 

Les vétérans métalliques
soutiennent à bout de poutres
les ruines saoules
de leur chair industrielle.

Gisent leurs carcasses lézardées
livrées aux assauts de l’abandon.
Ossuaire périurbain
terni de poussière.

Une plaque de tôle ondulée
pend dans un silence de plomb.

Un faisceau de barres d’acier
baigne dans une flaque rubigineuse.

Des palettes perdues agonisent,
prisonnières d’arantèles élimées.

Une colonne de fourmis progresse
sur le corps graffité d’un homme sans visage.

Ronces et lierres peinent
à enchaîner le béton des dalles.

Comme un affront
à la laideur du lieu,
le haut fourneau solaire
anime brillamment
les tessons de verre éparpillés.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

Entrepôts désaffectés

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Amazoniaque – Chanson d’Yves Simon revisitée par Christine and The Queens

AmazoniaqueFresque murale de l’artiste Street art Raiz, à Manaus.

 

AMAZONIAQUE

 

Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…

Mes nuits d’insomnie j’me perds dans les forêts d’Amazonie
Dans tes cheveux, tes bras qui m’enserrent, c’est bien là que j’me perds
Les indiens d’Amazonie attrapent au cœur des maladies
Contagion express envoyée par courrier civilisé

Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…

Paradis zéro en Amazonie, j’me balade à minuit
L’ibis était rouge, banlieue nord, je bois un verre dans un bouge
Du côté d’la zone bleue, sur les trottoirs je zone, c’est là ma zone
Carrefour et j’me perds, le cafard, l’feu est vert sur les boulevards

Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…

Mes nuits d’insomnie j’me perds dans les forêts d’Amazonie
Trous noirs de l’espace, les avions de chasse ont disparu
Mes nuits d’insomnie j’me perds dans les forêts d’Amazonie
En haut de tes cuisses, une ombre cicatrice, Amazonie

Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…
Amazoniaque… Ama…

 

Christine and The Queens, in l’EP Mac Abbey, 2012.
Paroles extraites de la chanson Amazoniaque d’Yves Simon, in l’album USA/USSR, 1983.

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print