Maroc qu’on aime – Poème de Mohamed Aouragh

MAROC QU’ON AIME

 

Le Maroc qu’on aime
Le Maroc des mordus du clavier
Mobilisateurs du 20 février*
Internautes avertis frustrés
Assoiffés de justice de dignité
Les perpétuels révoltés
Les enragés de vérité
Longtemps stigmatisés
Écartés rejetés diabolisés… Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Égrégore

Dans le cadre de la semaine de la francophonie, du 13 au 20 mars 2011, mes amis et moi avons eu l’honneur d’être invités par l’association OSCAR et la ville de Rumilly (74) afin de lire nos poèmes en public.

Fil à mots 2011 - Rumilly

Pour l’occasion, je me suis prêté au jeu « Dis-moi dix mots qui nous relient » proposé par le ministère de la Culture et de la Communication pour mettre en valeur la langue française. J’ai ainsi écrit quelques poèmes intégrant les 10 mots proposés.

dis-moi dix mots 2011

Parmi ces derniers, voici un poème inspiré par les révolutions arabes.

ÉGRÉGORE

 

Avec révolte, révolte, révolte,
enfle la colère ténébreuse
aux assauts de l’intolérable.

Avec révolte, révolte, révolte,
saignent les lèvres
cousues de fil répressif.

Avec révolte, révolte, révolte,
se lève l’égrégore
aux agapes des meneurs.

Avec révolte, révolte, révolte,
réseautent les peuples
sur la toile universelle.

Avec révolte, révolte, révolte,
vibrent harmonieusement
les gutturales percussions du chœur.

Avec révolte, révolte, révolte,
pousse la forêt de mains agitées
sur l’humus fertile de l’indignation.

Avec révolte, révolte, révolte,
défile en cordée
la foule inflexible.

Avec révolte, révolte, révolte,
s’allient les soldats
au pas vengeur de leurs frères.

Avec révolte, révolte, révolte,
s’affichent, complices,
les visages burinés de détermination.

Avec révolte, révolte, révolte,
frappent les poings de pierre
dans la poussière des rues.

Avec révolte, révolte, révolte,
avance l’intransigeant
rouleau émancipateur.

Avec révolte, révolte, révolte,
tombent les tyrans
et leurs palaces chryséléphantins.

Avec révolte, révolte, révolte,
pleure d’espoir, enfin, la population
accueillant justice et liberté.

 

Guillaume Riou. Poème lu à Rumilly le 23 mars 2011, pendant la semaine de la francophonie.

 

égrégore lybien - révolution

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print