La légende du Kerdeck – Poème de Jean-Louis Dubut de Laforest

La légende du Kerdeck

 

C’est fête patronale au Kerdeck, en Bretagne,
Ivon roi des binious, Ivon jeune et charmant,
Mène le bal, et gai comme un appel d’amant
Le biniou fait vibrer la grève et la montagne.

Seul, Ivon chante encor, vers le soleil mourant :
Plus doux est son refrain, plus noire est la campagne !
L’homme tremble d’amour, quand du flot qui le gagne,
Une femme s’élance et des bras l’entourant : Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Bains de mer – Poème de Pierre Caminade

BAINS DE MER

I

Juste au-dessus de l’eau, les sourcils, les pommettes, la bouche.
Toute lumière, l’eau recouvre le corps de nappes légères et les découvre. A l’air, la chair mouillée scintille, notes aiguës d’une flûte, ultimes tremblements des sons d’une cymbale.
Baignée, elle s’enlumine d’une huile topaze brûlée. Un vin muscat miroite dans le soleil. Le flux et le reflux, aussi mobiles que les éclats et les ombres que danse sur le sol un platane agité par le vent, dessinent sur la chair des feuilles qui se dorent et brunissent.

II

Elle va, nageant une brasse volontaire, scandée.
Elle se modèle sur une vision à vol d’oiseau qu’ils avaient eue ensemble au château d’If : un corps de femme et ses membres bronzés se ramassent sur eux-mêmes et se détendent sur un rythme égal, d’une manière mécanique et souple, dans une mer verte. La profondeur sensible pourtant se réduit au plan. La nageuse glisse lentement, image double du mouvement et de l’immobilité si parfaite, écrite au pochoir. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Baigneuses au lac

BAIGNEUSES AU LAC

Elles s’immiscent en toi, lentement,
comme on traverse un miroir
et leurs rires éclaboussent
à la fraîcheur de tes caresses.

Elles ne peuvent résister
à l’appel de tes courbes noir d’encre
sous le sceau argenté
du secret des nuits de pleine lune.

Etoiles nues,
offertes,
elles dérivent…
livrées au gré de tes étreintes.

Tu les couvres de ton corps immense
et vous mêlez vos eaux
en frémissant d’abandon.

 

Guillaume Riou. Poème publié dans Les Citadelles, revue de poésie, n°20, Paris, 2015.

 

Les baigneuses - Felix Jacques MoulinLes baigneuses : étude de nus dans une composition picturale,
par Félix-Jacques Moulin (1802-1875).
Daguerréotype, pose directe sur cuivre argenté, 20 x 15 cm. (source)

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr