23 bis rue Louis Pasteur

23 BIS RUE LOUIS PASTEUR

 

Les fleurs d’hortensia
qui coiffent le mur de la terrasse
luisent de poussière pluviale.

Les pixels colorés
des pavés me ramènent
à nos jeux d’enfants.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°20, Paris, 2015.

 

23 bis rue Louis Pasteur - Pavés de la terrasse

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La nuit d’Audierne – Poème de Philippe Démeron

La nuit d’Audierne

1

Soldats de la nuit pélagienne
sombres guerriers bardés de brumes
combattrons-nous le jour venu
votre cohorte élyséenne
envahisseurs sanglés d’écume
amoureux de fleurs noires et de mésaventures
galériens sans pardon de hauts-fonds et d’abysses
pourquoi sous vos mâtures
ornées de blêmes amertumes
guidez-vous sans repos nos timons aux supplices ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Audierne – Poème de Daniel Guézengar

AUDIERNE

à Anne Péron.

Je ne demande plus que des bonheurs d’un sou :
Muser, au mont Saint-Jean, parmi le vent, la lande,
D’où tenir, d’un regard, le port, la ville grande,
Saluer le Goyen au pied de Suguensou ;

Me glisser sous les pins aux saillantes racines,
Sous les chênes, brassant des flammes de soleil ;
Sentir la vie, intense, aux sous-bois de sommeil ;
A deux mains, puiser l’eau des sources, aux ravines ; Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Bistrots audiernais – Poème d’Yvonne Guézengar

Au fait de ma passion pour la poésie, ma grand-mère (Anna Oswald) vient de me communiquer des poèmes d’auteurs qui vécurent à Audierne, ce charmant petit port du Cap-Sizun.

Je connais bien Audierne pour y avoir passé d’inoubliables moments de bonheur en famille. Mais je le redécouvre sous un aspect plus historique au fil des vers des Guézengar.
Le poète Daniel Guézengar, alors bien connu des audiernais, croquait entre autres le port breton, ses lieux de vie, ses paysages, ses habitants. Et j’ai appris, par le biais de leur fille qui m’a laissé un commentaire sur cet article, que son épouse Yvonne Guézengar (née Yvonne Kersaudy) écrivait également des poèmes.

Egarée aux oubliettes de l’histoire, leur œuvre poétique mérite d’être mise en lumière. Retrouvons ensemble l’Audierne des Guézengar.

Pour commencer, trinquons : yecʼhed mat ! Je vous propose d’explorer Audierne par ses bistrots de l’époque, sous le regard tendre et amusé d’Yvonne Guézengar :

BISTROTS AUDIERNAIS

 

Salut à toi, Audierne, ô pays des bistrots !
Bistrots des quais brumeux, odorants de vin rouge,
Et bistrots enfouis dans les rues loin des flots
Bruyants et enfumés, obscurs comme des bouges. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr