Marine – Poème de Mathilde Trombert

Mathilde Trombert… voilà un nom qui dérive dans l’oubli et que je tiens particulièrement à mettre en lumière ici.

C’est dans le cadre de mon travail que je suis tombé par hasard sur un recueil de poésies intitulé « Échos et reflets », daté de 1913. Les textes qui s’en sont échappés m’ont séduit !

J’ai alors entrepris d’en découvrir un peu plus sur leur auteure. Mais mes recherches restent infructueuses et quelque-part, j’aime ce côté mystérieux qui plane autour d’une poétesse savoyarde du début du XXème siècle. Tout ce qu’il reste de son passage sur Terre semble être ses poésies.

Elle y peint avec douceur paysages, sentiments et foi religieuse… elle décrit si bien la mer et la montagne qu’on peut deviner qu’elle voyageait souvent de l’une à l’autre. Je me plais à imaginer cette femme vivant au pied du Salève (qu’elle décrit si bien), amoureuse de la nature, des arts et des lettres. Une femme d’esprit, voyageuse et curieuse, qui garde dans son cœur des couchers de soleil sur l’océan et la méditerranée…

Je n’ai retrouvé à ce jour que trois recueils de poésies de Mathilde Trombert : « Échos et reflets » de 1913, édité à Annecy ; « A l’âme envolée » de 1924, édité à Saint-Raphaël et « De l’alverne au calvaire » de 1937, édité à Paris & Annecy. Ces ouvrages sont conservés à la bibliothèque Bonlieu à Annecy et à la BnF.

Je vous laisse découvrir un de ses poèmes, presque 1 siècle après sa publication :

MARINE

 

Vous étiez belle, ô Mer, dans le golfe indolent
Vivante fleur de flamme et de nacre fluide
L’écume s’éployait sur la vague languide
Ou s’effeuillait vermeille à la côte d’argent.

Mais quand vous échappez aux caresses des plages,
Pour courir, éperdue au fouet du vent brutal,
Au devant du grand ciel de bistre ou de cristal.
Que vous êtes plus belle encore, ô Mer sauvage.

 

Mathilde Trombert, in Échos et reflets, Imp. J. Abry, Annecy, 1913.

 

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Passionnant sans aucun doute pour toi, que de permettre la RE-naissance de Mathilde Trombert ! Je suis particulièrement réceptive à son poème sur la mer et cela me donne envie de lire les autres.
    Merci de nous faire partager tes découvertes !
    J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *