Les arbres – Poème de Jean Lahor (Henri Cazalis)

LES ARBRES

à André Theuriet.

Aimez et vénérez, ne tuez pas les arbres ;
Un pays meurt, après que ses grands bois sont morts ;
Aucun n’est protégé par la splendeur des marbres,
Et, les abris perdus, les peuples sont moins forts.

Ce n’est pas seulement pour la douceur du rêve
Par nous goûtée en l’ombre apaisante des bois.
Qu’il conviendra toujours de respecter leur sève,
Sœur pâle du sang rouge et sacrée autrefois ;

Les bois gardent en eux l’âme de la patrie,
Son vieil esprit, les mœurs, son antique rigueur ;
Quand la sève à flots coule en la forêt meurtrie.
C’est comme un peu de sang perdu par notre cœur.

Un être obscur et doux vraiment dort sous l’écorce
Les chênes autrefois étaient des demi-dieux.
Protecteurs de la race et gardiens de la force.
Et leur horreur sacrée étonnait nos aïeux.

Oui, nous devons aimer la forêt fraternelle,
Dont l’âme épanche encor le silence et la paix,
La paix des jours premiers réfugiée en elle,
En la verte fraicheur de ses rameaux épais.

Et parfois j’ai rêvé qu’étendant sur la terre
A nouveau son empire et son calme divin,
Elle nous survivait, auguste et solitaire,
Ayant enseveli tout le vain bruit humain.

 

Jean Lahor (de son vrai nom Henri Cazalis (1840-1909)), in Fête de l’arbre célébrée le 14 juin 1903 dans la forêt du Crêt-du-Maure, à Annecy, Imp. Abry, à Annecy, 1903. Ouvrage publié par la Société des Amis des Arbres et la Société pour la Protection des Paysages.

 

Les arbres - Avranches cèdre du Liban Avranches, le cèdre du Liban dans le jardin des plantes, 23 juillet 1876
© CG 50 – Archives départementales de la Manche

Partager

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *