La saison dé – Texte poétique de Michel Guillou

dé à coudre

 

LA SAISON DÉ

 

Pendant la saison sèche, on prend ses bains dans un dé à coudre. La loi l’exige, ainsi que l’usage et la raison. On se resserre, on se simplifie, on se courbe. On se plie à la loi. Une certaine humilité est nécessaire.
Le dé à bain est un véritable dé à coudre, ici en argent, ailleurs en laiton, en fer-blanc, jamais une imitation, une métaphore, jamais un dé au sens large.
Aucun dé à coudre ne peut, sans exagération, atteindre la dimension d’une baignoire. Impraticable pour la couture. Ce serait une pure œuvre d’art (les œuvres d’art sont des exagérations). On ne se baigne pas dans une œuvre d’art, dans un musée, dans une exposition, pas même dans un catalogue. Il faudrait un luxe inouï, une outrecuidance, une inconscience enfantine, une nonchalance rarement permise. En outre, il manque une esthétique du savon et de l’eau trouble, si ce n’est Ponge. Mais Ponge, s’il frotte la parole aux choses, n’écrit pas pour servir.
Inconvénient du dé à coudre : il est instable, et sournoisement.
On se glisse dans l’eau, dans l’eau tiède et pulpeuse. On s’apprête à soupirer d’aise. Mais on a beau s’étrécir, se recrocotiner, au premier mouvement le dé se renverse. Tout est perdu. Le bain de dé exige une dextérité. Des gestes courts. Une adresse proche de l’immobilité.
On appelle ici la saison sèche la saison dé. La sécheresse de l’accent aigu signifie exactement.
La saison des pluies emporte les dés dans son lit. On se baigne alors dans les lacs, dans les ruisseaux, les torrents, dans la majesté des fleuves, dans les mers balnéaires, dans les eaux saponifères. Les mélancoliques se baignent dans l’épave des barques sans fond, les barques des traversées impossibles.
La saison des pluies connaît des accents graves et des parapluies circonflexes.

 

Michel Guillou, in Sur le bord de l’inaperçu, Ed. Gallimard, octobre 2009.

 

La saison dé

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Bonjour, je ne me permettrais pas de faire de commentaires sur les textes présentés ici encore que j’aime beaucoup « les parapluies circonflexes » car j’avoue connaître assez peu la poésie.
    Toutefois sur la partie musicale où je suis plus à l’aise et comme je vois quelques coups de cœur, je conseillerais au maître de ces lieux de se pencher promptement, si ce n’est déjà fait, sur l’œuvre de Nick Drake au demeurant peu substantielle (on s’en désole d’ailleurs : le jeune homme nous ayant quitté prématurément en 1974) mais dont les albums constituent pour le moins des achats « pour la vie ». Pour exemples, nous pourrions citer « Way to Blue » ou « Nothern skies » qui sont de pures merveilles.
    Si donc l’animateur de ce blog daigne tendre une oreille ou les deux sur les chansons de Nick Drake et me dire ce qu’il en pense… .

    • Bonjour Fabien,
      Je vais me renseigner sur ce Nick Drake et l’écouter avec attention. Je vous ferai bientôt part de mes impressions.
      Merci du tuyau.

      Bonne fin d’année,

      Guillaume

  2. Ecoutez « The Kiss » de Judee Sill (1973)
    le texte se passe de commentaires
    La mélodie, les arrangements sont sublimes et la voix de la dame est une caresse….
    (la vie réserve parfois quelques pics de bonheur quand un pote vous dit « j’vais te faire écouter un truc mais il vaudrait mieux que tu t’assoies » !)

    Love, risin’ from the mists

    Promise me this and only this

    Holy breath touchin’ me

    Like a wind song

    Sweet communion of a kiss

    Sun, siftin’ thru the grey

    Enter in, reach me with a ray

    Silently swoopin’ down

    Just to show me

    How to give my heart away

    And once a crystal choir

    Appeared while I was sleepin’ and called my name

    And when they came down nearer

    Sayin’, « Dyin’ is done »,

    Then a new song was sung

    Until somewhere we breathed as one

    Stars, burstin’ in the sky

    Hear the sad nova’s dyin’ cry

    Shimmerin’ memory

    Come and hold me

    While you show me how to fly

    Sun, siftin’ thru the grey

    Enter in, reach me with a ray

  3. Ping :The kiss - Chanson de Judee Sill - Poussière Virtuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *